Rencontres 2017 : découvrez le programme du Congrès GART-UTP

Les 10, 11 et 12 octobre prochains, les Rencontres nationales du transport public poseront leurs valises à Marseille. Ces trois jours de salon et de congrès donneront l’occasion de discuter des solutions concrètes à apporter aux acteurs du transport public et de la mobilité durable.

Pour cette nouvelle édition, le Congrès du GART et de l’UTP fera le point sur les enjeux actuels et futurs du secteur : mise en application des décrets sur les flottes d’autobus et d’autocars à faibles émissions ; derniers préparatifs avant la mise en œuvre de la réforme du stationnement ; desserte des territoires peu denses… Une série de sujets débattus dans le cadre d’ateliers thématiques où seront réunis élus, techniciens issus des collectivités territoriales et dirigeants d’entreprises qui apporteront leurs regards d’experts.

Neuf ateliers thématiques accompagnés de deux séances plénières (en clôture et en fermeture du Congrès) rythmeront ces trois jours d’événements. Les pistes de réflexion proposées lors des débats mettront ainsi en exergue l’innovation qui caractérise le secteur et ces nouvelles tendances qui construiront la mobilité de demain.

 

PROGRAMME DU CONGRÈS

 

MARDI 10 OCTOBRE 2017

Atelier 1 – Transport maritime et fluvial (10h – 11h30)
Le transport maritime et fluvial, dont l’importance a été rappelée tant dans les lois Grenelle que dans les deux derniers appels à projets de transport collectif et mobilité durable, est un outil structurant pour l’élaboration des politiques de déplacements urbains, et est amené à se développer dans les années à venir. À la fois en termes d’intermodalité ou d’innovation, il est un outil de valorisation de l’image de l’agglomération et a, à ce titre, toute sa place dans les réseaux de transports collectifs urbains. Quelles opportunités, quels enjeux et questions techniques ou réglementaires se posent aux autorités organisatrices de la mobilité lors de la planification, la mise en œuvre ou l’exploitation de tels systèmes ? Pour répondre à ces questions, élus et experts apporteront au cours de cette table ronde leurs retours d’expériences et leurs témoignages.

Intervenants :
– Belfort Birota, vice-président Cap Nord, membre du Conseil d’administration Martinique Transport, Collectivité territoriale de Martinique ;
– Yannick Chenevard, vice-président en charge des transports et déplacements, Communauté d’agglomération Toulon Provence Méditerranée ;
– André Douineau, directeur des transports et des déplacements, Lorient agglomération ;
– Karine Mabillon, directrice générale adjointe en charge des transports, Bordeaux Métropole.

Plénière d’ouverture – Retour sur les états généraux de la mobilité durable (14h30 – 16h30)
Cette table ronde se tiendra moins de six mois après les élections présidentielles et législatives. Elle permettra d’appréhender l’impact des premières mesures du nouveau gouvernement en matière de mobilité durable. Elle permettra aussi de revenir sur les préconisations découlant des États généraux de la mobilité organisés de juin 2016 à mars 2017 conjointement par la FNAUT, la FNTV, le GART, Régions de France, TDIE et l’UTP. De la nécessaire réforme de la loi d’Orientation des transports intérieurs à la pérennisation du financement des réseaux de transport, en passant par l’élaboration et la mise en place des schémas régionaux d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET) ou la répartition des compétences entre les différents niveaux de collectivité, nombreuses sont les questions en suspens qui intéressent autant les autorités organisatrices que les exploitants ou les industriels de la filière. Dans un contexte économique difficile et dans une période d’incertitude pour les collectivités locales, inquiètes pour leurs dotations et le financement de leurs infrastructures, cette table ronde aura également pour objectif de clarifier les intentions du nouveau gouvernement en termes de transition énergétique. Il s’agit d’assurer un équilibre entre la volonté nécessaire et irrévocable de réduire les émissions de gaz à effet de serre et celle de ne pas faire peser une trop lourde pression financière sur les autorités organisatrices, tout en préservant les intérêts de la filière industrielle française.

Intervenants :
– Marc Delayer , directeur général, Transports publics du Choletais, AGIR .
– Jean-Pierre Farandou , président, Keolis .
– Jean-Claude Gaudin , président de la Métropole Aix-Marseille Provence, Maire de Marseille, Vice-président du Sénat .
– Bruno Gazeau, président, FNAUT ;
– Louis Nègre, sénateur, Maire de Cagnes-sur-Mer et 1er vice-président de la Métropole Nice Côte d’Azur, président du GART ;
– Roland Ries, maire de Strasbourg, 1er vice-président de l’Eurométropole de Strasbourg, 1er vice-président du GART ;
– Michel Seyt*, président, FNTV.

MERCREDI 11 OCTOBRE 2017

Atelier 2 – La création des Autorités organisatrices uniques : enjeux et caractéristiques (9h – 10h30)
Les différentes lois de décentralisation qui se sont succédé ces dernières années sont venues modifier les périmètres d’intervention de certaines autorités organisatrices de transport. Elles ont par exemple acté l’élargissement du ressort territorial de certaines AOM, désormais seules compétentes à l’échelle d’un bassin métropolitain (Aix-Marseille, Lyon) ou même d’une région (Martinique,…), là où étaient auparavant présentes plusieurs autorités organisatrices. Quels sont les enjeux de la création de telles autorités organisatrices uniques ? Quelles sont les modalités concrètes de leur mise en place ? Telles sont, notamment, les questions que se propose d’aborder cet atelier.

Intervenants :
– Anne de Bagneux, directrice adjointe France Sud, Transdev ;
– Pierre Reboud*, directeur général, Régie des transports de Marseille, AGIR ;
– Jean-Pierre Serrus, vice-président mobilité, déplacement, transports de la Métropole Aix-Marseille Provence, administrateur du GART ;
– Philippe Tabarot, vice-président délégué aux transports, à l’intermodalité et aux déplacements de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, administrateur du GART.

Atelier 3 – Transition énergétique : vers la mise en œuvre sur le terrain (9h – 10h30)
À partir de 2020, les agglomérations de plus de 250 000 habitants et les agglomérations concernées par un plan de protection de l’atmosphère devront acheter une proportion de plus en plus importante de bus à faibles émissions pour arriver à 100% de leurs nouveaux véhicules en 2025. Face à ces échéances, la transition énergétique représente un énorme challenge pour toute la profession. Un challenge sera à relever à plusieurs : les autorités organisatrices pour définir les besoins, les opérateurs pour expliquer les exigences d’exploitation et les industriels pour répondre à des attentes complexes et parfois contradictoires.

Intervenants :
– Marie Chéron, chargée de projet mobilité, Fondation Nicolas Hulot ;
– Philippe Martin, directeur général adjoint en charge des opérations de transport et de maintenance, Groupe RATP ;
– Bernard Modat, président Lyon Urban Truck & Bus ;
– Yann Mongaburu, président du SMTC de l’agglomération grenobloise, membre du bureau du GART ;
– Alain Pittavino, directeur Métiers, Transdev.

Atelier 4 – La mise en œuvre de la réforme du stationnement à trois mois de son entrée en vigueur (11h – 12h30)
À quelques semaines de l’entrée en vigueur de la décentralisation du stationnement payant sur voirie, les collectivités territoriales chargées de mettre en œuvre cette réforme ont dû se positionner sur de nombreux sujets : barème tarifaire de la redevance de stationnement, montant du forfait de post-stationnement, modalités de surveillance et de gestion des recours administratifs, plan de communication,… Quelles options ont-elles retenues ? Par ailleurs, que prévoient-elles pour évaluer à compter du 1er janvier 2018 l’efficacité de leur nouvelle politique de stationnement, au regard notamment de son impact sur la politique de mobilité durable ?

Intervenants :
– Frédéric Baverez, directeur exécutif Groupe-France, Keolis et président-directeur général, Effia ;
– Josiane Beaud*, 1er adjointe au Maire de Chambéry ;
– Jean-Jacques Bernard, vice-président en charge des transports et des déplacements de Rennes Métropole, administrateur du GART ;
– Richard Dujardin, directeur général France, Transdev ;
– Nicolas Pernot, directeur général des services de la Ville et de l’agglomération de Pau.

Atelier 5 – L’innovation au cœur de la mobilité (11h – 12h30)
Le client voyageur évolue, ses besoins changent, ses attentes se précisent. Mieux formé et plus informé, il aspire à un rapport « temps/qualité/prix » de haut niveau. Et surtout, il ne veut plus que son temps de déplacement soit un temps perdu. Parallèlement, les pollutions, la congestion, l’étalement urbain et le vieillissement de la population augmentent.  Comment les réseaux de transport public intègrent-ils les nouvelles attentes de voyageurs devenus experts? Comment s’adaptent-ils aux mobilités à venir? Les multiples innovations sont là pour répondre à toutes ces questions.

Intervenants :
– Thomas Côte, président, Wever ;
– Marie-Claude Dupuis, directrice Stratégie, Innovation et Développement, Groupe RATP ;
– Anne Gérard, vice-présidente mobilités à la Communauté d’agglomération du Grand Poitiers, vice-présidente du GART ;
– Frédéric Neveu, vice-président chargé de la mobilité et des transports, Communauté d’agglomération de Saintes, membre du bureau du GART ;
– Benoît Tiers, directeur général Digital et systèmes d’information, SNCF.

Atelier 6 – Loi Savary-Le Roux : un an après la publication, un premier bilan (14h – 15h15)
Création d’une plateforme pour fiabiliser les adresses des contrevenants, enquêtes administratives dans certaines fonctions, réduction du nombre de contraventions pour la fraude, renforcement des missions des services internes de sécurité et de la police municipale… : la loi du 22 mars 2016, dite « Savary – Le Roux », donne de nouveaux moyens juridiques pour combattre la fraude d’habitude et pour améliorer la sûreté dans les transports de voyageurs. Un an après sa publication, comment les opérateurs et les autorités organisatrices se sont-ils appropriés cette loi ? Quelles évolutions sont encore attendues ?

Intervenants :
– Isabelle Gally, cheffe du département sûreté dans les transports, Direction des services de transport, Ministère de la Transition écologique et solidaire ;
– Louis Nègre, sénateur, Maire de Cagnes-sur-Mer et 1er Vice-président de la Métropole Nice Côte d’Azur, président du GART ;
– Pierre Serne, administrateur du STIF, vice-président du GART ;
– Étienne Sesmat, directeur de la Sûreté, Régie des Transports de Marseille, AGIR ;
– Stéphane Volant*, secrétaire général, SNCF.

Atelier 7 – Les territoires peu denses (14h – 15h15)
Le phénomène de périurbanisation et les dernières évolutions institutionnelles font de la desserte des territoires peu denses un enjeu majeur pour les Autorités organisatrices de transports. Ces territoires disposent de spécificités en termes d’accès à l’emploi et aux principales aménités urbaines, de distances de déplacement, de dépendance à la voiture individuelle…, complexifiant leur desserte par le réseau classique de transport collectif. Quelles solutions de mobilité innovantes pour répondre à ces besoins de déplacement tout en maîtrisant les coûts ? Comment adapter la gouvernance, au regard notamment du foisonnement d’initiatives privées dans le domaine de la mobilité numérique (covoiturage dynamique, autopartage entre particuliers,…) ? Quel modèle économique inventer ?

Intervenants :
– Nathalie Courant, directrice générale, CarPostal France ;
– David Cronenberger*, directeur général, Régie des transports communautaires rochelais, AGIR ;
– Jean-Luc Gibelin, vice-président en charge des mobilités et infrastructures de transport, Région Occitanie Pyrénées-Méditerranée, administrateur du GART ;
– Jean-Jacques Lumeau, 1er vice-président de la CARENE en charge des grands services publics.

Atelier 8 – Mobilités connectées : état des lieux et perspectives (15h45 – 17h)
Les voitures volantes étaient attendues en l’an 2000.  Finalement, ce sont le téléphone portable et l’Internet qui ont bouleversé notre vie quotidienne. Aujourd’hui, 93 % des Français sont équipés de mobiles et 85 % surfent sur le web. Si les Français veulent rester connectés, c’est d’abord pour vivre mieux. Près de 90 % d’entre eux attendent de cette technologie qu’elle leur facilite la vie au quotidien et qu’elle améliore le confort de chacun. Où en est-on en matière de mobilités connectées ? Quelles sont les applications et quels sont les débouchés ? Quelle autre révolution technologique peuvent-elles engendrer ?

Intervenants :
– Pierre Becquart*, délégué général innovation et développement durable, Groupe RATP ;
– Éric Chareyron, directeur prospective modes de vie et mobilités territoires, Keolis ;
– Étienne Chevreau, responsable Stratégie ITS & Equipement, Thales ;
– Jean-Pierre Roume, vice-président à la communauté d’agglomération d’Aurillac, membre du bureau du GART.

Atelier 9 – La mobilité euro-méditerranéenne (15h45 – 17h)
La session organisée en collaboration avec la CODATU sur la mobilité euro-méditerranéenne souhaite interroger les outils et modèles de démocratie locale mis en place en France et dans les villes du pourtour méditerranéen dans le cadre de démarches de planification de la mobilité urbaine et de développement de projets de transport. Lors de cet échange organisé sous forme de table ronde la parole sera donnée aux collectivités locales, aux AOT et aux représentants de la société civile. Elle sera enrichie par le témoignage et l’expérience des coopérations en cours entre villes françaises et villes du sud méditerranéen autour de ces sujets (exemples de Strasbourg, Kairouan, Lyon, Rabat, etc.).

Intervenants :
– Olivier Badard, directeur Business Unit Asie et Moyen-Orient, RATP Dev ;
– Sylvie Ferrarin, chef de projet PDU, Métropole Aix-Marseille Provence  (confirmé par GART) ;

– Mohamed Mezghani, Secrétaire général adjoint, Union Internationale des Transports Publics (UITP) ;
– un représentant du ministère des Transports de la ville de Dakar (Sénégal) ou de la ville de Rabat (Maroc)* ;
– Christian Philip, secrétaire général de la CODATU.

JEUDI 12 OCTOBRE 2017

Plénière de clôture – Ouverture du transport ferroviaire régional : comment réussir l’expérimentation ? (10h – 12h)
Le quatrième paquet ferroviaire adopté par l’Union européenne prévoit les échéances de l’ouverture à la concurrence des services publics ferroviaires régionaux. Cette initiative devra permettre aux différents opérateurs de mettre en œuvre des solutions innovantes et de faire évoluer la qualité de service tout en réduisant les coûts pour les autorités organisatrices. Une étape d’expérimentation s’avère essentielle pour étudier et traiter les multiples aspects juridiques, sociaux, économiques et techniques de cette ouverture. Sa préparation dès maintenant permettra d’apporter des effets bénéfiques aux voyageurs, aux Régions et aux autres acteurs du secteur tout en conservant un haut niveau de sécurité du système ferroviaire.

Intervenants :
– Thierry Mallet, président-directeur général, Transdev ;
– Michel Neugnot, 1er vice-président transports, déplacements, intermodalités Région Bourgogne-Franche-Comté, président de la Commission Transport, Régions de France, vice-président du GART ;
– Florence Parly, directrice générale SNCF Voyageurs, SNCF Mobilités ;
– Renaud Muselier, président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur ;
– Michel Quidort, président, Fédération européenne des voyageurs (FEV).

* à confirmer – Programme actualisé au 6 juillet 2017

Le programme du Congrès est également disponible en version page web ou en version PDF.

14 juin 2017 – Crédit : Bruno Mazodier
Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×