Une année 2018 charnière pour l’avenir des transports

Devenu le rendez-vous incontournable du secteur, la cérémonie des vœux du GART rassemble, chaque année, celles et ceux qui construisent et animent la mobilité durable en France. À l’invitation du GART et de son président, collectivités adhérentes, partenaires, industriels et acteurs majeurs du secteur de la mobilité se sont réunis, ce mardi 16 janvier 2018 à Paris, pour partager ce moment de convivialité.

Le GART, partenaire des Assises de la mobilité et de la future loi des mobilités
Auparavant et en préambule de la cérémonie des voeux, le GART organisait son Conseil d’administration. L’occasion de dresser le bilan de la contribution aux Assises de la mobilité et de préparer la future loi d’Orientation sur les mobilités. Une réunion de travail à laquelle a participé la Ministre chargée des Transports, Mme Élisabeth Borne, venue écouter et échanger avec les administrateurs sur les nombreux défis qui nous attendent : Comment faciliter la transition énergétique ? Quelles sources de financement engager ? Quelle(s) mobilité(s) privilégier dans les territoires peu denses ?…

Lors de cet échange, les élus du GART ont réaffirmé à la Ministre, leur volonté de poursuivre cette étroite collaboration dans les semaines à venir. Un gage de réussite qui permettra de répondre aux attentes d’un monde des transports en pleine mutation.

Dans cette perspective, le Président du GART, Louis Nègre, a annoncé la création prochaine d’un groupe de travail « GART-Ministère » ayant pour objectif d’accompagner les services ministériels dans la rédaction des mesures qui figureront dans la future loi d’Orientation sur les Mobilités.

Vœux 2018 : succès et nouvelles perspectives
Devant plus de 200 invités réunis pour l’occasion, le président du GART a dressé le bilan des actions menées durant l’année 2017, au premier chef desquelles on retrouve les nombreuses contributions apportées dans le cadre des Assises de la mobilité. Le Président a salué le travail de l’association et de ses adhérents qui n’ont jamais cessé d’être forces de propositions dans le contexte de renouveau que connaît le secteur. La tenue des États généraux de la mobilité durable, organisés de juin 2016 à mars 2017, annonçait déjà la nécessaire refondation d’un secteur en difficulté. Une initiative reconnue et qualifiée de fondatrice pour la suite : « Nous avons pu apporter à cette démarche (ndlr : les Assises) les conclusions et préconisations des États généraux de la mobilité durable que nous avons organisés avec nos amis de l’UTP, de la FNTV, de Régions de France, de la FNAUT et de TDIE. De ces États généraux, nous avons tiré 70 propositions pour la mobilité de tous les Français dont 7 d’entre elles ont été présentées comme étant prioritaires. »

L’autre sujet phare sur lequel est revenu Louis Nègre a concerné la mise en œuvre de la dépénalisation du stationnement sur voirie. Le GART y a accordé une importance particulière car considérée comme fondamentale pour la revitalisation et la qualité de vie des centres villes : « Avec l’aide des autres associations d’élus (…) mais aussi de quelques parlementaires motivés comme Jean-Jacques Filleul ou René Vandierendonck et, in fine, un soutien sans faille du gouvernement incarné par le préfet Rouvé, délégué interministériel à la décentralisation du stationnement que je salue, nous y sommes arrivés. Depuis le 1er janvier 2018, la réforme est entrée en vigueur. »

La Ministre chargée des Transports s’est également exprimée à l’occasion de cette cérémonie. Face aux professionnels de la mobilité, elle a tenu à féliciter le GART pour son engagement dans le cadre de ces Assises. Parmi les défis à relever, elle a souligné celui du développement de l’usage du vélo : « Nous devons mettre en place les conditions d’un sursaut en la matière et faire entrer ce mode dans la réalité des usages et des offres. Le développement du vélo doit s’inscrire dans un cadre plus globale de mobilité propre dans nos centres villes. »

Parmi les dossiers en attente d’évolutions, celui de la gouvernance dans les territoires peu denses. À ce sujet, la Ministre a relevé l’importance de cet enjeu « (…)  il y a ces avancées en matière de mobilité auxquelles ici au GART plus qu’ailleurs, vous êtes attentifs. Qui peut se résoudre à ce que 30% de notre population, sur presque 80% du territoire n’ait pas d’autorité organisatrice constituée chargée de la politique de mobilité ? La LOM présentera des évolutions en matière de gouvernance territoriale dans les territoires peu denses : sans remettre en cause les équilibres des lois MAPTAM et NOTRe, mais bien en permettant une meilleure articulation et coopération entre acteurs publics, nous répondrons mieux aux besoins exprimés par nos concitoyens. »

Son discours s’est clôturé par l’annonce de la remise prochaine de deux rapports attendus : les recommandations du Conseil d’orientation des infrastructures, présidé par Philippe Duron et dont le Président du GART est membre, le 31 janvier prochain ; Le rapport de conclusions sur l’avenir du ferroviaire qui proposera le cadre d’une ouverture à la concurrence, présidé par Jean-Cyril Spinetta, la semaine du 5 février 2018.

Consulter le discours du Président du GART

Consulter le discours de la Ministre chargée des Transports

On en parle également dans la presse : Mobilités Magazine / Localtis

18 janvier 2018 – Crédit : Bruno Mazodier
Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×